La Roca Team prend son quart en Coupe de France

La Roca Team prend son quart en Coupe de France

Dans ce choc très précoce au stade des 8èmes de finale de la Coupe de France, la Roca Team est sortie vainqueur de son meilleur ennemi l’Asvel. Enchaînant au passage une 9ème victoire consécutive face à cet adversaire. La troupe de Sasa Obradovic a rempli sa part du marché en se qualifiant pour le top 8 de la compétition. Du boulot bien fait une fois de plus, avec une accélération collective au retour des vestiaires qui a laissé les Villeurbannais dans le rétro (92-82). Place maintenant à la Leaders Cup à partir de vendredi, avec un quart face au Mans du côté de Saint-Chamond. Une semaine de Coupe, avec l’espoir de la finir avec un titre au bout.

LE MATCH 

La Coupe de France débarque sur le Rocher en ce mardi 13 février, veille de Saint-Valentin et fête des amoureux. Une bonne occasion de voir une affiche digne de ce nom en 8ème de finale avec la Roca Team qui accueille l’Asvel. Un choc avant l’heure, une finale avant la lettre, un remake de la finale 2023 remportée aisément par la troupe de Sasa Obradovic il y a 10 mois du côté de l’Accor Arena. Il s’agit du genre de rencontre où plus rien ne compte au moment de fouler le parquet. C’est un match couperet, et tout peut se passer. 

Tout le monde le sait, les Roca Boys restent sur huit victoires de rang sur les deux dernières saisons face à leurs meilleurs ennemis villeurbannais. Mais c’est ce qui rend encore plus dangereuse la bande à Tony Parker. Avec le retour de Nando De Colo, le groupe se renforce un peu plus et trouve un meilleur équilibre. S’ils veulent voir les quarts, Yakuba Ouattara and co devront sortir un match digne des standards Euroleague. C’est toujours comme cela que ça se passe face à l’Asvel. 

Pour ce quart de finale de Coupe de France, Sasa Obradovic devait faire des choix. Kemba Walker n’est pas qualifié, et Jaron Blossomgame ainsi que Mam Jaiteh sont laissés au repos en tribunes. En ce qui concerne le cinq de départ concocté par l’entraîneur monégasque, il est composé de Mike James, Jordan Loyd, Yakuba Ouattara, John Brown III et Donatas Motiejunas. Pierric Poupet quant à lui opte pour Paris Lee, Jackson, Lighty, Scott et Fall. 

Le départ de la Roca Team est plus canon que jamais. En à peine un peu plus de deux minutes, elle étouffe littéralement son adversaire. En défense, tout est cadenassé, avec des joueurs comme Mike James et Yakuba Ouattara qui ont les mains partout. Et de l’autre côté du terrain, Yakuba Ouattara et Donatas Motiejunas font mouche à trois points. DMO encore lui se joue de Fall avec une grande facilité, et Mike James ajoute deux lancers (10-0). Pierric Poupet est obligé de prendre son premier temps-mort.

C’est un parfum des grands soirs à Gaston-Médecin, et ça, Mike James l’a bien compris. Sir MJ est partout. En défense, à la passe, et au scoring. Il régale aux quatre coins du terrain. Dans son sillage, les Roca Boys livrent des premières minutes de très haut niveau (15-5). L’Asvel se remet quelque peu à l’endroit grâce à Luwawu Cabarrot (15-9).

Jordan Loyd très fort, fait sa petite spéciale en mettant David Lighty dans son dos (17-9). Les Villeurbannais sont revenus dans cette rencontre, profitant d’une baisse de régime de la troupe de Sasa Obradovic, mais aussi de l’adresse longue distance de Scott et De Colo (17-15). Il y a bel et bien choc. Donta Hall met un seul lancer, et juste après Luwawu Cabarrot marque avec la faute. Les deux formations sont dos à dos (18-18).

L’ASM se reprend avec un Matthew Strazel toujours aussi précieux et qui prouve à quel point son expérience sert malgré son jeune âge. Donta Air Hall est envoyé au cercle et claque un énorme dunk qui chauffe un peu plus les fans en tribunes (22-18). Alpha Diallo and co sont dans la pénalité. Donta Hall casse une nouvelle fois l’arceau, mais l’Asvel répond bien au défi physique. À la fin de ce Q1, une petite possession d’avance est prise par Monaco (24-22). 

Elie Okobo est très fort en pénétration, et montre aussi toute sa maestria en adressant un caviar à Petr Cornelie (29-24). Mais sur quelques munitions, les Monégasques forcent trop certaines offensives, ce qui permet à l’Asvel de rester dangereux en transition (29-26). Matthew Strazel soigne sa pénétration, mais les Rhodaniens répondent aussi et restent proches au tableau d’affichage (33-31). Les visiteurs prennent même les commandes pour la première fois sur un panier avec la faute de Kahudi (33-34). 

Donatas Motiejunas en belle forme ce soir est trouvé en tête de raquette et plante à longue distance. Mais Kahudi y va encore de son and one. Fall veut chauffer Donatas Motiejunas, mais il aurait mieux fait d’éviter. Le pivot lituanien est chaud bouillant, avec un nouveau trois points qui fait ficelle (40-37). Un beau duel puisque Fall est adroit sous le cercle (40-39). Sasa Obradovic prend son premier temps-mort alors qu’il reste deux minutes dans ce premier acte. 

Donatas Motiejunas est étincelant et continue de régaler dans la peinture. Il a mis 14 points en 10 minutes de jeu. Mais il y a de la réponse collective en face avec des hommes comme Kahudi encore et Paris Lee, l’ancien Roca Boy. À la pause, l’avance est identique à la fin du premier quart-temps. Deux petits points en plus pour l’ASM au tableau d’affichage (45-43). Quelle bataille.

Au retour des vestiaires, Sasa Obradovic revient avec un cinq de départ identique. À savoir Mike James, Jordan Loyd, Yakuba Ouattara, John Brown III et Donatas Motiejunas. Même son de cloche pour Pierric Poupet avec Paris Lee, Jackson, Lighty, Scott et Fall. 

Les Roca Boys reviennent avec de bonnes intentions, à l’image d’un Mike James qui gagne ses duels et d’un Yakuba Ouattara toujours aussi tranchant que ce soit en défense, ou offensivement sur jeu de transition. Après trois minutes de jeu dans ce Q3, les Monégasques ont repris un peu d’air avec 6 points d’avance (52-46). Mais l’Asvel est toujours aussi menaçante et revient très rapidement à 2 unités avec De Colo (52-50). 

La Roca Team a monté le curseur, avec un jeu très fluide, et une défense qui a resserré la vis. Personne ne peut défendre sur Mike James, avant que Donatas Motiejunas ne file en transition, et que Jordan Loyd régale longue distance (59-52). Scott avec un shoot d’une belle pureté maintient les visiteurs (59-55). 

Fall bien trop tendu sur le terrain malgré un gros apport, écope d’une faute anti-sportive après la technique du premier acte. Il est donc exclu du terrain, et risque de manquer aux siens. Mike James met ses deux lancers, tandis que Lauvergne de l’autre côté du terrain n’en réussit qu’un sur deux (61-56). Les locaux finissent ce troisième quart-temps dans la pénalité.

Les Monégasques placent un coup d’accélérateur avec un Petr Cornelie en mode passe décisive pour Alpha Diallo, et Elie Okobo résiste à tout sur contre-attaque. Avant que Donta Hall n’enflamme Gaston-Médecin une fois de plus avec un dunk complètement ahurissant sur un caviar d’Elie Okobo. À l’aube des dix dernières minutes, l’ASM compte 8 points d’avance (67-59).

Matthew Strazel provoque une faute à trois points, et profite d’une technique pour du coup mettre 4 lancers-francs consécutifs. Et une pénétration très compliquée juste derrière (73-62). Mais avec Cabarrot et De Colo, les VIlleurbannais sont toujours dans le coup. Ils reviennent à 7 points alors qu’il reste 8 minutes de jeu (73-66). Tout reste à faire.

Matthew Strazel joue parfaitement le coup pour servir Petr Cornelie en fin de possession. Le Français est démarqué à trois points et redonne dix points d’avance à ses coéquipiers (78-68). Défensivement, Monaco ne laisse plus rien passer, et l’Asvel n’a plus de solution comme il y a une semaine. Petr Cornelie enfonce tout le monde, et voilà que Monaco compte 14 points d’avance (82-68). Les dernières minutes sont parfaitement gérées, et la Roca Team en grande favorite, se qualifie pour les quarts de la Coupe de France à Trélazé (92-82). 

ILS ONT DIT 

Sasa Obradovic (entraîneur de la Roca Team) : « Avec ce type de calendrier, gagner est le plus important. Je ne peux que être heureux, on a réussi à jouer avec la meilleure énergie possible. On a sorti un de nos meilleurs matchs en France, même si parfois on a manqué de structure. Mais parfois, il faut laisser tomber la structure, pour laisser le talent s’exprimer. C’est ce que j’ai appris avec le temps. Et du banc, c'est un plaisir à voir. L’objectif est rempli même s’il ne faut pas être trop excité, car aucun objectif n’est encore rempli. Ça commencera par ce week-end. »

Pierric Poupet (entraîneur de l’Asvel) : « Je suis content que mon équipe ne se soit pas écroulée. Monaco a commencé bien plus fort aujourd’hui, et ça montre qu’ils nous respectent. Après, il faut savoir reconnaître quand une équipe est meilleure, et c’est le cas. Certaines fautes offensives nous ont fait du mal, et fait perdre des ballons. J’espère qu’on pourra les retrouver prochainement pour se réévaluer à nouveau. »

Yakuba Ouattara (arrière de la Roca Team) : « Notre entrée en matière a été déterminante, c’était vraiment important face à une équipe de l’Asvel très motivée. Ce 10-0 d’entrée nous a mis sur les bons rails, il fallait marquer notre territoire. En face, ils ont du caractère et n’ont jamais abandonné. On a su résister et prendre le dessus petit à petit. On ne pense pas à cette série face à eux. On sait que ça peut prendre fin n’importe quand. À nous de rester sur cette lignée. »

LA FICHE TECHNIQUE 

À Monaco, salle Gaston-Médecin, l’AS Monaco bat l’Asvel 92-82 (24-22, 21-21, 22-16, 25-23)

Monaco : 33 tirs sur 71 (9/20 à 3-pts), 17 LF sur 23, 32 rebonds (Cornelie 7), 22 passes décisives (James 9), 7 interceptions, 4 balles perdues.
La marque : James 16, Motiejunas 16, Strazel 12, Okobo 12, Ouattara 10, Loyd 8, Cornelie 7, Hall 7, Diallo 2, Brown III 2. 

Asvel : 31 tirs sur 61 (8/22 à 3-pts), 12 LF sur 16, 37 rebonds (Scott 6), 20 passes décisives (Lee 7), 1 interception, 14 balles perdues. 
La marque : Scott 13, Kahudi 11, Luwawu Cabarrot 11, De Colo 9, Jackson 8, Lauvergne 7, Fall 6, Ndiaye 5, Lighty 4, Thomas 4. Yaacov 2, Lee 2.