Leaders Cup : la quête d'un trophée

Leaders Cup : la quête d'un trophée


C'est sous les monts du Forez, à l'Arena de Saint-Etienne Métropole située à Saint-Chamond (42), que la Roca Team va tenter d'aller chercher à partir de ce vendredi la 4e Leaders Cup de son histoire, après les éditions de 2016, 2017 et 2018 remportées à l'époque par les Roca Boys sous le grand chapiteau de Disneyland Paris. Une compétition difficile, exigeante et excitante, souvent soumise à des surprises, dont le vainqueur aura disputé trois matches en trois jours. En lice, les 8 équipes classées de 1 à 8 dans la phase aller de la saison régulière : Monaco, Paris, Bourg, Asvel (tenant du titre), Nanterre, St-Quentin, Nancy, Le Mans. Ainsi en a décidé le tirage au sort, pour le quart de finale, ce vendredi, la Roca Team a hérité du Mans SB (18h30). Les autres quarts de finale  : JL Bourg - SLUC Nancy (13h30), ASVEL - Nanterre (15h30), Paris - St-Quentin (21h).

TV : sur SKWEEK et L'EQUIPE

L'intégralité des matches de cette Leaders Cup 2024 sera diffusée sur SKWEEK. La nouvelle plateforme incontournable du basket français et européen va faire vivre l'épreuve à fond avec la recette qui régale les fans depuis le début de saison : super production, interviewes à chaud, magazines,  commentaires, analyses... La Leaders Cup comme si vous étiez au bord du parquet.
La chaîne gratuite L'EQUIPE diffusera 3 rencontres durant cette compétition : le quart de finale Paris vs Saint-Quentin, la 2e demi-finale samedi à 21h (le vainqueur de Monaco - Le Mans face au vainqueur de Paris - St-Quentin), ainsi que la finale dimanche à 18h30.

La Roca Team arrive cet après-midi à Saint Chamond 

À 13h, les Roca Boys prennent la direction de l’aéroport, et décolleront sur les coups de 14h. S’ensuivra une journée chargée avec une séance vidéo l’hôtel, avant de prendre la direction de l’Arena pour s’entraîner. Sans oublier l’ouverture aux médias avec Sasa Obradovic, Mike James, Matthew Strazel et et Elie Okobo. 

Face au Mans, le premier défi

Trois jours après son spectaculaire succès en Coupe de France face à l’Asvel (92-82), la Roca Team entre en lice ce vendredi face au Mans Sarthe Basket. Un quart de finale qui s'annonce difficile face à une équipe mancelle au collectif solide, athlétique et capable de séries de loin. La Roca Team est d'ailleurs prévenue : le dernier duel entre la Roca Team et Le Mans SB fut très serré et disputé.  Le 21 janvier à Gaston-Médecin, la Roca Team battait le MSB 78-74 grâce à un dernier ''and one'' d'Elie Okobo avec la planche et une dernière interception réalisée par Mike James. A l'issue du 3e QT, le MSB menait 62-59 et il avait fallu un gros run des hommes de Sasa Obradovic pour garder l'invincibilité à domicile en championnat. Terry Tarpey, qui retrouvait à cette occasion son ancien club durant 6 saisons, avait terminé MVP de la rencontre avec 15 pts, 3/5 à 3-pts, 6 rebonds, 2 passes décisives et 19 d'évaluation. Du côté du MSB, la gâchette Trevor Hudgins avait fini à 19 points avec un 5/11 à 3-pts. Ce dernier est chaud car il vient d'inscrire 23 points samedi contre Chalon avec un 5/8 à 3-pts. Les deux équipes avaient fini très proches à l'évaluation globale (90 pour Monaco, 89 pour Le Mans). La Roca Team se méfie donc de cette équipe mancelle qui lui a donné du fil à retordre il y a moins d'un mois. A noter que Monaco - Le Mans fut l'affiche de la finale 2018 remportée par la Roca Team à Disney (83-78).

Terry Tarpey, mais aussi Petr Cornelie, anciens du MSB

Avec ses six années passées au Mans, le titre de champion en 2018, Terry Tarpey connait la maison mancelle comme sa poche. Un autre monégasque a été marqué par ce club historique du basket français, il s'agit de Petr Cornelie. En 2010 , l'international vice-champion olympique de la Roca Team avait intégré le centre de formation du club phare et numéro un de la Sarthe. C'est là-bas qu'il fit ses premiers pas dans le monde professionnel du basket. Petr Cornelie y a disputé tout de même cinq saisons, entrecoupées d'un court passage à Levallois.

La Roca Team retrouve Will Yeguete et Abdou Ndoye, ex Roca Boys

Les deux joueurs du MSB Will Yeguete et Abdou Ndoye ont fièrement porté le maillot de Monaco, tous les deux vainqueurs de l'EuroCup avec la Roca Team en 2021. Dans la rotation d'Elric Delord, Will l'intérieur fort défenseur tourne à 6,9 pts et 5,9 rebonds en 20 minutes. Abdou Ndiaye le nordiste, joueur complet, lui aussi fort défenseur et intercepteur, affiche le plus gros temps de jeu du MSB (27,1 minutes), pour 9,3 points, 4,8 rebonds, 3,2 passes.
Cependant, touché à la cheville, Will Yeguete pourrait manquer ce quart de finale.

MSB : un danger bien réparti

Le MSB, qui reste sur un succès (96-72) en championnat face à Chalon, présente une marque homogène et des dangers répartis. Le meneur Devante Jones (15,4 pts, 5,9 passes), meilleur scoreur du MSB, connaît bien Monaco puisqu'il fut l'un des acteurs majeurs des Mets de Boulogne-Levallois lors de la dernière finale de BetClic Elite face à la Roca Team. Jones tourne à 39,2% à 3-pts et 86,9% aux lancers et est aussi le 3e meilleur passeur du championnat. Viennent ensuite la gâchette Trevor Hudgins (13,9 pts), l'ailier-fort Williams Narace (10,8 pts), l'ailier américain natif du Colorado, 25ans, D'Shawn Schwartz (10,0 pts), Abdou N'Doye (9,3 pts), et l'arri-re-ailier rookie Matt Lewis (8,4 pts).

Effacer le souvenir de l'an passé

La Roca Team n'a pas un bon souvenir de la première édition de la Leaders Cup disputée à l'Arena de Saint-Chamond : l'an passé, la Roca Team s'était inclinée dès les quarts de finale face à la JL Bourg (92-102). Une JL Bourg très adroite à 3-pts (13/26) ce jour-là. Les hommes de Sasa Obradovic sont de retour dans la cité d'Alain Prost dans l'espoir de faire tourner à fond la machine cette fois-ci.

Yak Ouattara et Sergii Gladyr en connaissent le goût 

La Leaders Cup (anciennement semaine des As) existe depuis 2003. Le capitaine de la Roca Team connait le parfum d'une victoire en Leaders Cup : Yak était en effet de la Roca Team qui remporta les éditions 2016 et 2017. En 2016, la Roca Team battait l'Elan Chalon 99-74 en finale à la Disney Event Arena, après avoir éliminé Strasbourg (82-65, dont 18 points de Yak) en demi-finale et le Nanterre de Mam Jaiteh (19 points, 9 rebonds) en quart de finale. En 2017, la Roca Team battait l'ASVEL en finale (95-91), avec un festival à 3-pts d'un certain Sergii Gladyr (22 points), après avoir éliminé une nouvelle fois Nanterre en demi-finale (avec 19 points de Brandon Davies) et Gravelines en quart de finale (90-85), avec encore 22 points de Sergii Gladyr à la main très chaude durant cette édition. En 2018, Yakuba Ouattara n'était pas encore revenu de son expérience NBA à Brooklyn. La Roca Team d'Ali Traoré, avec 18 points de Gerald Robinson et 18 de Paul Lacombe, battait Le Mans en finale (83-78), malgré les 9 points de Terry Tarpey pour le MSB ! Sergii Gladyr, dans le 5 de départ de Zvezdan Mitrovic, inscrivait 3 points. Le coach assistant de la Roca Team a donc remporté trois fois la Leaders Cup, un record à l'AS Monaco. En demi-finale, cette année là la Roca Team avait battu l'ASVEL 79-66 (avec 7 rebonds d'Ali Traoré) et Bourg 93-66 en quart de finale.

Ali Traoré le recordman

L'ancien pivot international de la Roca Team aujourd'hui consultant pour SKWEEK détient un record du nombre de Leaders Cup remportées (4), avec trois clubs différents. L'ASVEL en 2010, Strasbourg en 2015 et 2019, la Roca Team en 2018. 

Les déclas d’avant match 

Sasa Obradovic (entraîneur de la Roca Team) : « La Leaders Cup est un objectif pour nous au même titre que la Coupe de France. Nous faisons du beau travail en ce moment mais nous n'avons encore rien gagné. Il faut comprendre que chaque match est difficile à gagner. Nous nous attendons à un gros duel face au Mans. Il faudra encore mettre tous les ingrédients qui nous ont permis de remporter des victoires ces derniers temps. »

Yakuba Ouattara (capitaine de la Roca Team) : « La Leaders Cup ? Oui c’est un objectif, on veut tout gagner cette saison et on a les moyens pour y parvenir. On a vu l’an dernier que le premier match peut s’avérer piège. On doit être prêts et surtout vigilants. Prendre cette compétition très sérieusement en mettant l’agressivité et l’intensité attendues. Depuis Madrid, nous avons vraiment retrouvé notre rythme. Des ajustements ont été faits et ça porte ses fruits. Le Mans ? Jones et Hudgins sont des hommes à cibler sur lesquels il faudra très bien défendre. C’est aussi une équipe très physique et dense. On ne doit pas les laisser prendre leur rythme. »