La Roca Team éliminée en demie de la Leaders Cup

La Roca Team éliminée en demie de la Leaders Cup

La Roca Team n’ira pas au bout de l’aventure en Leaders Cup. Emoussée, empruntée, elle est tombée sur une grosse équipe de Paris qui a relevé le défi, et qui mérite sa qualification en finale (93-98). Une défaite qui sera forcément difficile à digérer. Mais les hommes de Sasa Obradovic vont pouvoir maintenant se reposer avant de basculer vers une fin de saison qui s’annonce intense.

LE MATCH 

La Roca Team est à Saint-Chamond depuis jeudi pour y disputer la Leaders Cup, une compétition qui est bien évidemment un objectif. Encore plus après l’échec de la saison dernière, lorsque les hommes de Sasa Obradovic s’étaient inclinés dès leur entrée en lice en quart de finale face à Bourg-en-Bresse. Au grand complet, les Roca Boys font figure de favori logique et ont confirmé cette tendance en prenant le meilleur assez nettement hier sur Le Mans. Mais attention tout peut arriver dans ce genre de format. 

Tout peut se passer comme on a pu le voir aujourd’hui et hier avec cette surprenante et belle équipe de Nanterre. Les hommes de Pascal Donnadieu ont éliminé l’Asvel en quart, puis ont obtenu leur ticket pour la finale de demain en venant à bout de Bourg-en-Bresse en début de soirée lors de la première demi-finale (100-95). Ibrahima Fall Faye, l’ancien Roca Boy fut monumental, puisqu’il a fini avec 23 points, 10 rebonds, 32 d’évaluation.

Comme en championnat, Sasa Obradovic doit faire des choix. Kemba Walker n’est pas qualifié, il est resté en Principauté. En ce qui concerne le groupe, l’entraîneur monégasque a décidé de ne pas aligner Donatas Motiejunas sur la feuille de match. Donta Hall prend sa place. Son cinq de départ est composé de Mike James, Matthew Strazel, Alpha Diallo, John Brown III et Mam Jaiteh.

Comme toujours, les Roca Boys font preuve de beaucoup de sérieux dès les premiers instants de cette rencontre. John Brown III est adroit à mi-distance et prouve qu’il a bel et bien progressé dans ce registre. Matthew Strazel s’illustre aussi avec un gros shoot longue distance, et une interception qui mène à un panier facile en transition. Pour Paris, Shorts, Malcolm et Kratzer scorent (9-6).

Monaco défend très fort, à l’image du gros marquage de Matthew Strazel sur Nadir Hifi. Mam Jaiteh est imposant au rebond, et Alpha Diallo impose ses qualités athlétiques sur un rebond offensif, mais aussi en pénétration avec un and (16-10). Dès son entrée sur le parquet, Donta Hall se signale avec un contre énorme.

Paris reste dans le sillage et proche des Monégasques. Ils reviennent même à hauteur grâce à leur jeu rapide, et l’adresse derrière l’arc de Malcolm et Jantunen (20-20). Sasa Obradovic prend le premier temps-mort de cette rencontre alors que les deux formations sont dos à dos. Yakuba Ouattara joue bien le coup deux fois d’affilée, et la Roca Team compte trois points d’avance à la fin de ce Q1 (24-21). 

Elie Okobo réalise une master class en fin de possession avec un énorme shoot au buzzer (27-21). Les Parisiens restent dans le coup avec toujours du jeu de transition qui profite à Kratzer à Shorts (27-25). Mais Elie Okobo est injouable. L’international français est indéfendable, et quand ça se ferme il décale parfaitement Yakuba Ouattara qui fait mouche à trois points. Elie Okobo a mis 13 points et délivré 2 caviars depuis le début de ce Q2. La Roca Team prend 9 longueurs d’avance (40-31). Tuomas Iisalo prend le temps-mort. 

Le collectif monégasque marche sur l’eau. Avec bien évidemment la spéciale « OKOHALL », le alley-oop made in Roca Team avec Elie Okobo et Donta Hall. Juste avant, Jordan Loyd avait planté une banderille longue distance (45-35). Paris ne veut rien lâcher et peut compter sur son jeune talent Nadir Hifi, mais aussi Sy à longue distance (47-43). Mike James n’est pas en réussite pour le moment. Sasa Obradovic prend son second temps-mort. 

Paris est en feu à trois points avec encore un tir primé réussi. Mais Mike James répond avec un and one autoritaire (50-46). MJ se règle, mais les hommes de la capitale sont encore adroits à longue distance. À la pause, tout reste à faire puisque la bande de Matthew Strazel compte seulement un petit point d’avance (54-53).

Au retour des vestiaires, Sasa Obradovic opte pour un cinq de départ identique avec Mike James, Matthew Strazel, Alpha Diallo, John Brown III et Mam Jaiteh. John Brown III redémarre pied au plancher, mais Shorts également. Le meneur parisien refait même passer ses coéquipiers devant au tableau d’affichage (56-57).

C’est le moment choisi par Mike James pour sortir de sa boîte, et offrir un véritable récital. Deux gros shoots à trois points, et un panier en pénétration. Le meneur star de l’ASM a tout de suite remis les siens sur les rails (66-62). Mais Paris est toujours aussi chaud derrière l’arc également. Le choc a bien lieu (66-65). 

Comme lors du premier acte, les Roca Boys prennent leur distance en prenant le dessus collectivement (77-68). Mais Paris qui est presque à 50% longue distance se maintient en vie grâce à cette réussite. À l’aube des dix dernières minutes, les hommes de Sasa Obradovic comptent 6 longueurs d’avance (81-75).

Avec toujours Shorts à la baguette, mais aussi la présence de Simon et Malcolm, Paris revient à une toute petite possession alors qu’il reste 8 minutes à jouer dans cette demie. Elie Okobo adresse un caviar à son fidèle compère Donta Hall qui écrase le cercle, mais Shorts provoque la faute et met ses trois lancers derrière (85-84). Ngouama intercepte et claque un dunk en transition (85-86). Un point de retard, et Sasa Obradovic demande le temps-mort. 

Paris est très difficile à arrêter dans ce dernier quart-temps, tandis que les Roca Boys bafouillent leur basket. Ils encaissent un 10-0 et se retrouvent à 6 longueurs derrière (85-91). Mike James stoppe cette série avec un shoot ligne de fond, mais Nadir Hifi réalise une prouesse sur la possession qui suit (87-94). Au moment d’entrer dans le money-time, la Roca Team est à 6 points de Paris (88-94).

Monaco oublie trop de lancers-francs dans ces dernières minutes (90-94). Mike James n’est pas en réussite, et c’est bel et bien Shorts l’homme du match qui qualifie Paris pour une finale francilienne en Leaders Cup (93-98). Il y aura donc un vainqueur inédit. Place à la trêve internationale qui donnera un peu de repos à la Roca Team, avant de repartir le 28 février face à Nanterre.

ILS ONT DIT 

Mam Jaiteh (pivot de la Roca Team) : « Bravo à Paris. Ils nous ont passés à jouer dans des situations difficiles. En un contre un notamment. Des fois ça marche mais au bout d’un moment ça ne rentre plus. Nous sommes des joueurs de haut niveau. Il y a de la frustration et de la déception c’est évident. Mais on va rebondir, on le sait. »

Nadir Hifi (meneur de Paris) : « Ca fait du bien de se dire qu’on est capable de battre les deux meilleures équipes de notre championnats, celles d’Euroleague. C’était un gros match de notre part avec beaucoup d’énergie et d’effort. On a fait quelque chose d’incroyable aujourd’hui face à une équipe du top 5 en Europe. Il faut maintenant gagner. »

LA FICHE TECHNIQUE 

À St-Chamond, Arena Saint-Etienne Métropole, Paris bat l’AS Monaco 98-93 (21-24, 32-30, 22-27, 23-12)

Monaco : 34 tirs sur 62 (7/24 à 3-pts), 18 LF sur 27, 31 rebonds (Diallo 6), 17 passes décisives (Okobo 6), 5 interceptions, 9 balles perdues.
La marque : James 17, Okobo 15, Ouattara 11, Diallo 11, Hall 10, Brown III 8, Loyd 5, Strazel 5, Jaiteh 3, Cornelie 2, Blossomgame 2. 

Paris : 35 tirs sur 67 (11/30 à 3-pts), 17 LF sur 20, 35 rebonds (Simon 6), 19 passes décisives (Shorts 5), 7 interceptions, 9 balles perdues.
La marque : Shorts 25, Hifi 14, Simon 13, Ngouama 10, Malcolm 9, Jantunen 8, Herrera 6, Sy 5, Kratzer 4, Kessens 2.